L'EGLISE D'AUJOURD'HUI ET LE PAGANISME CONTEMPORAIN

 

Au départ, mon site ne comportait aucune allusion au christianisme, considérant que chacun avait sa place, et que le druidisme contemporain pouvait cohabiter avec le christianisme d'aujourd'hui dans un respect mutuel. Mais il est rapidement apparu que le druidisme, et le paganisme en général, subissait les foudres des sites d'obédiences catholiques où le ton va d'une attitude méprisante, voire insultante, jusqu'au délire paranoïaque le plus absurde: il paraît que les druides font des sacrifices humains lors de la fête de Samain!!! Il est bien connu qu'en France on peut sacrifier des gens à notre guise.... Je décidais donc de rappeler quelques vérités concernant l'origine des fêtes païennes et la déformation qu'elles avaient subies après leur récupération par l'église. Bien entendu, je respecte tout chrétien qui se conforme au récit des évangiles, mais ce que je conteste c'est l'attitude hégémonique de l'institution "église" qui veut imposer sa soi-disant "vérité unique". Les précisions apportées ayant suscitées des réactions parmi les lecteurs chrétiens, j'ai tenu à faire cette mise au point.

Je me permets tout d'abord de rappeler à une minorité nostalgique qui l'aurait oublié, que nous vivons dans une république laïque, et que la liberté de conscience en est un de ses fondements. Cette liberté est inscrite dans la Constitution qui en permêt la libre expression "pourvu qu'elle ne trouble pas l'ordre public". En tant que citoyen, je demande donc que l'on respecte mes croyances; je rappelle que Dieu n'appartient à personne et qu'en matière de spiritualité, quelle qu'elle soit, il s'agit bien de CROYANCE, et qu'une croyance, par définition, est quelque chose qui ne peut être prouvé. En vertu de quoi, aucune croyance ne peut se prévaloir comme étant supérieure aux lois que s'est donnée la majorité de la population du pays, sauf à remettre en question la notion même de démocratie. De même, aucune croyance ne peut se définir comme étant LA Vérité et, à ce titre, vouloir imposer la conception d'une minorité à la majorité qui ne partage pas son opinion.

C'est pourquoi j'en ai eu assez… Assez que l'on me traite de païen dans le sens péjoratif du terme, que l'on m'accuse de ne pas suivre le "vrai" Dieu, d'être dans l'erreur, d'être un sorcier, un sataniste ou je ne sais quelle faribole. Assez que l'on présente le retour au paganisme comme une régression vers une forme archaïque, superstitieuse et primitive de spiritualité; comme si l'homme moderne retournait dans les cavernes; comme si être païen était une preuve évidente de débilité mentale; comme si avant Jésus, l'humanité n'avait eu aucune conscience de la Divinité ni de spiritualité digne de ce nom, comme si avant l'église tout n'était que ténèbres, obscurantisme et ignorance.

Il est écrit dans la Bible que la Loi est faite pour l'homme, pas l'homme pour la Loi; elle est donnée pour que l'homme se réalise, pas pour qu'il en soit l'esclave. Si aujourd'hui le christianisme ne répond plus aux aspirations spirituelles de nos contemporains, il ferait mieux se remettre en question plutôt que de fustiger de soi-disant "brebis égarées".

J'en ai assez que, sous prétexte de lutte contre les sectes, l'église par l'intermédiaire d'associations familiales telles l'UNADFI se soit ruée sur le sujet pour manipuler et désinformer l'opinion publique; pour entretenir la peur en maintenant cette opinion publique, malgré les apparences, dans une forme d'ignorance plutôt que de faire œuvre pédagogique en dispensant une information digne de ce nom, objective et impartiale. Cette association partiale n'est pas exempte de dérives car si à l'origine elle était manifestement catholique (de nombreux prêtres en faisaient partie), aujourd'hui il semblerait qu'elle soit infiltrée par le Grand-Orient de France. A une volonté d'instaurer un religieusement correct s'est substitué un laïcisme pur et dur, et selon les termes de son nouveau dirigeant, "il faut en finir avec l'idée de Dieu en France". Et l'effet escompté a finalement été atteint puisqu'on a fini par faire entrer dans l'esprit des gens l'idée que tout ce qui n'est pas religion "officielle" est forcément une secte. Un simple exemple "d'information" dispensée par ces associations auto-proclamées: "On vous parle de réincarnation? Danger, secte!". Il est également regrettable que les rares sites de prévention contre les sectes soient des sites d'obédience chrétienne qui se permettent de tout juger à l'aune de leur crédo. Il suffit d'aller sur info-sectes et vigi-sectes pour s'en rendre compte. Vigi-sectes où l'on trouve d'ailleurs à la rubrique "Grandes religions" uniquement... le catholicisme !!! et accessoirement l'islam qui y est qualifiée de secte !! Quid du protestantisme, du judaïsme, du bouddhisme, de l'hindouisme... qui regroupent pourtant plusieurs centaines de millions d'individus mais qui, manifestement pour vigi-sectes ne sauraient être qualifiées de "grandes religions"... Des sites qui, en guise de conclusion, vous assènent que "Christ est la seule Vérité"!!! On ne peut trouver plus impartial... Et je ne parle pas du délirant et diffamatoire prevensectes... Si nos hommes politiques n'ont pas su définir ce qu'est une secte, ça n'est pas le cas de ces sites. Pour eux, une secte c'est tout simplement un mouvement, un groupe voire une simple pratique qui n'est pas compatible avec la foi chrétienne! Et il y en a des choses qui ne sont pas compatibles!! On y trouve pêle-mêle l'astrologie, le yoga, l'homéopathie, Halloween, le taï-chi, Harry Potter, la réincarnation, le planning familial, le new-age, sans parler de la Franc-maçonnerie, de la Rose-Croix et, évidement, le paganisme. Et n'oublions pas qu'il n'y a pas si longtemps, l'église condamnait les jeunes gens qui voulaient aller danser... A vue de nez, c'est à peu près 90% de la population qui ne serait pas "compatible"... Il serait plus rapide de définir ce qui l'est! Et on peut se demander comment une religion qui a un tel décalage avec le XXI° siècle peut se prétendre universelle. Quoi qu'il en soit, cela a néanmoins eu pour conséquence que les millions de personnes qui ont une spiritualité différente de la "norme" soient obligées de cacher leur croyance comme une maladie honteuse. Si le végétarisme commence péniblement à entrer dans les mœurs, le fait "d'avouer" que l'on pratique la méditation suscite aussitôt de la méfiance. Si, de plus, vous cumulez végétarisme et méditation, il y a fort à parier que l'on vous soupçonne d'appartenir à une secte. Tout cela dans le but inavoué de ramener nos concitoyens dans le "droit chemin", c'est-à-dire sur les bancs désertés d'une église aux abois.

J'en ai assez de devoir me taire dans mon milieu familial et professionnel, de devoir me cacher pour méditer, d'être raillé parce que je crois à la réincarnation. J'aimerais d'ailleurs savoir en quoi cette croyance serait plus stupide que la croyance en une hypothétique résurrection de la chair? Car dans ce domaine aussi, il s'agit de croyance; personne n'a la preuve de quoi que ce soit.

J'en ai assez que l'on déplore que la France ne soit plus chrétienne et qu'il faille la "rechristianiser". Je demande au nom de quoi notre république laïque devrait être chrétienne? Au nom d'une soi-disant évidence devant le patrimoine culturel accumulé pendant des siècles? Comment aurait-il pu en être autrement? L'intolérance chrétienne s'est imposée depuis le IV° siècle par le fer et par le feu; éradiquant systématiquement tout ce qui pouvait être différent. Quel autre héritage aurait pu réussir à se transmettre dans un tel contexte? Quel lieu de culte gaulois? Quel temple d'Isis ou de Mithra? Quel menhir n'a pas été christianisé, diabolisé ou détruit? Quelle source guérisseuse ne s'est pas trouvé affublée d'une chapelle ou d'un saint? Pour moi, la France n'est pas la "fille aînée de l'église", si elle doit être la fille aînée de quelque chose, c'est des idéaux de la Révolution, de l'Humanisme et des Lumières, de ce que l'être humain a de plus noble en lui. Et ne venez pas me dire, comme c'est la tendance actuelle, que l'église est à l'origine des valeurs humanistes. L'humanisme est une fleur d'espoir qui ne peut être arrosée du sang des millions de victimes de l'intolérance de l'église, une fleur qui ne saurait recevoir comme engrais les cendres refroidies de ces milliers de femmes innocentes dont le seul tort fut de vouloir soulager leurs semblables à l'aide de plantes ou bien, sacrilège suprême, de remettre en question l'autorité masculine toute puissante qui leur interdisait le savoir auquel a droit tout être humain; coupables de refuser le rôle dans lequel les hommes voulaient les cantonner, ou, tout simplement, d'être trop belles donc forcement diaboliques.

Mais comprenons nous bien. Si je ne veux pas d'une France chrétienne, je ne veux pas non plus d'une France druidique, musulmane, bouddhiste ou autre. Je ne veux pas que l'on me dise ce que je dois croire ou pas; et malgré le profond respect que je peux avoir pour les livres que l'on dit "saints" et aussi inspirés soient-ils, malgré la profondeur philosophique et la sagesse qu'ils véhiculent, ils n'en restent pas moins pour moi, une œuvre humaine. Comment m'obliger à croire que les évangiles sont la "parole de Dieu" alors que l'on s'est permis de faire un tri dans les différentes versions, d'en rejeter certains et de remanier les autres. Comment m'obliger à diviniser de l'encre sur des parchemins; des évangiles écrits par des hommes, pour des hommes et interprétés pendant des siècles par le seul regard masculin; des écrits amputés de la richesse du regard féminin? Dans tous les écrits, quels qu'ils soient, ce n'est pas "Dieu qui dit", mais c'est "l'homme qui dit que Dieu dit". Pour moi, Dieu n'a pas attendu que l'homme invente l'écriture pour se manifester à lui. De plus, la transmission écrite serait-elle seule gage de valeur?

J'en ai assez que l'on me traite d'idolâtre ou de je ne sais quoi parce que je vis ma spiritualité dans la nature; parce que je sens vibrer la vie dans la sève du bouleau au printemps, parce que je vois Dieu dans la danse de l'abeille, dans le chant de l'oiseau, dans le rire des enfants et dans les vagues de l'océan; parce que je médite près d'une source ou que je communie avec la lune au cœur d'une clairière. Au nom de quoi devrait-on m'obliger à prier dans des édifices aux murs moisis, à me prosterner devant des statues sans vie aux peintures écaillées? A écouter des gens qui prônent l'amour en s'interdisant de le faire? Au nom de quoi devrais-je renier ma pratique pour des célébrations aux paroles culpabilisantes, pour des rites véhiculant une fascination morbide pour la souffrance? Le Druide accueille la Vie à bras ouverts, il ne passe pas sa vie à implorer la Divinité; il est debout face à ses Dieux, il n'est pas à genoux devant eux.

Toutes les Traditions, quelles qu'elles soient, enseignent que la clé du Divin se trouve dans le cœur de l'homme, et pas ailleurs. Leur but est d'aider l'homme à se relier à Dieu, à retrouver en lui l'Unité; telle est l'unique but de la spiritualité. Ceux qui commencent à se préoccuper de l'évolution de l'autre, ceux qui partagent le monde entre croyants et païens s'enferment dans la dualité, dans une vision binaire de la vie; ils se détournent alors du but véritable de leur religion, ils se détournent de Dieu et de Sa volonté. En instaurant une compétition stérile entre les spiritualités, on emprunte la voie de la tyrannie qui ne peut aboutir qu'à de sanglants massacres. Paradoxalement, on demande alors "Pourquoi Dieu n'empêche-t-il pas les guerres?". Il vaut mieux plutôt demander "Pourquoi les hommes n'empêchent-ils pas les guerres?". Notre évolution spirituelle ne passe pas par celle de notre voisin, et il est totalement illusoire de croire qu'une seule religion pourrait répondre aux aspirations de l'ensemble de l'humanité lorsqu'on voit l'infinie diversité qui se manifeste tant dans les domaines culturels, artistiques, culinaires, techniques et autres. D'autre part, si l'on conçoit que Dieu a crée l'homme, il l'a crée en toute conscience, avec tous ses attributs et, notamment, le libre-arbitre. Refuser à l'homme la liberté de choisir sa religion, c'est renier ce que Dieu a donné à l'homme. Ou est l'offense? Si dans la Bible il est dit que Dieu a créée l'homme à son image, j'ai l'impression qu'au fil des siècles c'est l'église qui a fait Dieu à son image.

On me réfute également le fait de dire que l'église a imposé la soumission à la femme. C'est pourtant bien dans les Ephésiens que l'on trouve cette injonction:

 

Ep 5:22-25 "Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. "

 

On ne pourra pas me contester que la femme a, depuis, été cantonnée dans des rôles subalternes, sans parler du fait que dans le passé on lui interdisait d'apprendre à lire et à écrire. On peut disserter à l'infini sur la noblesse et la beauté des fonctions assignées aux femme, cela n'en reste pas moins des fonctions subalternes. Dans un couvent d'une centaine de nones la messe ne peut être célébrée que par un officiant masculin. L'église placera toujours un homme entre la femme et Dieu. Au nom de quoi décrète-t-on que dans le domaine spirituel la femme serait inférieure à l'homme? Bien plus que l'homme, la femme a un sens inné du rituel; dans beaucoup d'actes de sa vie quotidienne elle ritualise spontanément.

Une spiritualité authentique a pour but d'élever les consciences; de les rendre autonomes, libres et responsables. Elle n'a pas pour but de les maintenir dans la peur, l'ignorance et la culpabilité. Quant à la soi-disant "impureté" des femmes à cause de leurs règles, quel lamentable argument! Les hommes représenteraient donc la pureté? Eux qui sont à l'origine des guerres, massacres et horreurs en tout genre à travers les siècles, ils aurait peur d'être "souillés" par le simple contact d'une main féminine?!! Quelle étrange conception de la pureté!

Cette mise au point pourra heurter, j'en conviens; et entrer en réaction n'est pas une preuve de sagesse. Cependant, je tenais à rappeler dans ces temps troublés que la liberté de conscience est un droit fondamental et que dans un domaine aussi subtil et intime que la spiritualité, personne ne peut prétendre détenir une quelconque vérité. Malheureusement, de tout temps, cette liberté a été contestée par les tyrans de tous poil qui prennent comme prétexte la religion pour imposer leur volonté; et aujourd'hui c'est encore le cas, même si leur pouvoir de nuisance est limité par nos lois. Toutefois, nos lois garantes de la laïcité semblent être chaque jour un peu plus rognées; démentelées petits bouts par petits bouts. Il y a deux exemples récents qui peuvent sembler anodins :

- Le statut jurique accordé à l'embryon qui fait de lui une personne; ce qui fait qu'indirectement l'avortement pourrait être légalement présenté comme un crime et donc remis en question, comme l'a toujours espéré l'église.

- L'amandement qui annule l'obligation pour les établissements scolaires d'être mixtes. Cela ne concerne pour l'instant que l'école, mais cela ne risque-t-il pas à l'avenir de s''appliquer à d'autres domaines? Car je pense que c'est par petites touches que l'on fait reculer petit à petit toutes les valeurs qui fondent le vivre ensemble, et avec toujours de beaux prétextes. En ce qui concerne cet amendement, je n'ai aucune sources mais j'ai tout de même le sentiment que l'influence de l'église n'est pas loin, car la non-mixité est un de leur cheval de bataille. Je ne pense pas que l'on puisse faire "porter le chapeau" aux fondamentalistes musulmans, comme cela devient l'habitude lors des atteintes à la laïcité, même si cela peut faire l'affaire de certains extrémistes.

Dans ce dernier exemple, j'y vois la volonté de revenir à un contrôle et une prédetermination des individualités. Plutôt que de fournir les moyens à chacun de se connaître, de trouver son domaine d'expression et un épanouissement profitable pour tous, on en revient à un prédeterminisme qui avait cours dans les siècles passés et où la place de chacun était attribuées arbitrairement par les normes sociales au mépris de la personnalité propre. On commence par parquer les garçons d'un côté et les filles de l'autre, puis un enseignement différent pour les garçons et pour les filles, puis les femmes d'un côté et les hommes de l'autre, puis l'homme au travail et la femme à la cuisine, puis, puis, puis... A ce propos, j'ai entendu à la radio un délicieux lapsus prononçé par une bonne soeur qui déclarait que "la place des femmes est à la maison pour élever les enfants et en faire des hommes !"... Et les filles on en fait quoi?

C'est pourquoi j'invite tous ceux qui placent les droits de l'homme et les valeurs républiquaines au-dessus de toute considération à rester vigilant, car la liberté n'est jamais acquise définitivement et les lois qui aujourd'hui protègent le citoyen peuvent être, un jour, remises en question. Soyons vigilants par rapport à ceux qui s'arrogent "le droit imprescriptible de chercher à convertir tous les humains au christianisme (Benoit XVI)". Réveillons notre vigilance assoupie, engluée dans un confort factice et aliénant car, dans l'ombre, les gens de pouvoir fourbissent leurs armes et avancent à pas feutrés. Soyons vigilants à la plus infime atteinte à la liberté de penser, car la liberté ne se transige pas: on est libre ou on ne l'est pas.

 

Il ne faut pas croire quelque chose parce qu'un sage le dit,

Il ne faut pas croire quelque chose parce que c'est d'usage,

Il ne faut pas croire quelque chose parce que c'est écrit,

Il ne faut pas croire quelque chose parce que c'est réputé être divin,

Il ne faut pas croire quelque chose parce qu'autrui y croit.

Croyez seulement ce que vous jugez être vrai pour vous

BOUDDHA

 

"Celui qui est parvenu au coeur même de sa religion

est aussi parvenu au coeur des autres religions."

GHANDI

 

 

 

 

 

 

 

Un document audio traitant de l'origine

de la mysoginie des religions envers les femmes

 

Une convergence intéréssante

 

D'accord?... pas d'accord?... ecrivez-moi...

 

 

f

 

 

 

LES FETES DRUIDIQUES CONTEMPORAINES

 

 

analyse mesure frequentation internet par Analyse d'audience